Upcast 77 du 9 avril 2019

Abonnez-vous Itunes Djpod Podmust Facebook Twitter

Partie Divertissement (00:11:30)

C’est mon choix : (00:11:30)

  • Greg : After Life (00:11:30)
  • Julien : PNL – Deux frères (00:20:13)
  • Dim : The Dirt (00:41:42)

Projets pourris : (00:48:56)

  • Kamoulox !
  • Des précisions sur les adaptations live de Cowboy Beebop et Akira

Projets risqués : (00:54:52)

  • Tom rejoint Elvis

Projets qui hypent : (00:56:57)

  • “Georges, 44 ans, et son blouson, 100 % daim, ont un projet”.
  • Coppolapolis
  • 1917, on innove !

Conseil flash : Shazam (01:09:42)

Le top 5 musical de mars 2019 : (01:17:33)

  • Helado Negro : This is how you smile
  • Foals : Everything not saved will be lost (part 1)
  • Solange : When I get Home
  • Andrew Bird : My finest work yet
  • Karen O & Danger Mouse : Lux Prima

Partie JV (01:35:40)

Sekiro et la difficulté, un débat tranchant… (Débat rebond) (01:35:40)

Conseil flash : (01:57:24)

Projets pourris : Alan Wake 2, la suite avortée (02:10:34)

Projets risqués : Mario et Link en VR (02:13:43)

Fin en musique : Hot Chip – Hungry Child (02:18:13)

Abonnez-vous Itunes Djpod Podmust Facebook Twitter
Par Gregoire / Le 9 avril 2019 / 18 Commentaires »
18 Commentaires sur "Upcast 77 du 9 avril 2019"
  1. Yao dit :

    À plus de 20 commentaire ! On vous montre la vidéo du freestyle entre Julien et Dim sur du PNL ! ^^

  2. Falbalain dit :

    Alors d’accord, maintenant faut décliner son genre pour poster un commentaire, on aura tout vu…
    Comme beaucoup de vos auditrices et auditeurs, je me considère comme un quinqua réactionnaire et de droite et pourtant j’aime prendre du bon temps en regardant un Kéchiche tout seul. Au risque de choquer je pense pas que ce soit incompatible…
    Sinon très bon épisode comme toujours avec un petit avertissement toutefois : Attention Julien, tu as confondu Larry David et Larry Coen qui sont deux personnes différentes.

  3. François dit :

    Hello,

    pour revenir sur le débat de l’accessibilité, je crois qu’on peut couper la poire en deux. D’un côté, il y a un choix, qu’il soit artistique ou industriel, et cela doit rester celui de l’artiste et de l’éditeur. Dans les extrêmes, un développeur pourrait tout à fait créer un jeu qui ne soit jouable que par lui après tout, ou définir de la sympathie et du niveau de jouabilité, de sympathie, de sociabilité, de son jeu. Ça a toujours été comme ça, et selon moi, c’est très bien ainsi, même si c’est clivant pour certains joueurs. L’offre est suffisamment énorme pour que la frustration ne prenne pas le pas. En Arcade, dans les années 80, c’était même pire car il y avait la conjugaison de ceux qui arrivent à mieux maitriser le jeu (et qui jouaient pour le même prix que ceux qui galèraient, 10 fois plus longtemps) ET ceux qui avaient de l’argent pour faire face à cette difficulté (je pense à Dragon’s Lair, par exemple). C’était hier.

    Car il y a une exception, et cette exception ce sont les handicapés. On ne peux pas être pour un monde qui exclus des personnes au capacités réduites. On peut aussi convenir qu’un jeu qui s’oriente vers la performance et le dépassement doit savoir adapter son challenge et son plaisir à son utilisateur. En ce sens, l’éthique et la responsabilité des développeurs / éditeurs doit prévoir des modes plus accessibles. C’est nécessaire, légitime et à encourager. Je pense que dans les options, avoir un panneau de réglages du jeu plus ouvert permettant de régler les couleurs,, les contrastes, la vitesse, les contrôles, éventuellement certains niveaux de difficultés, ça devrait être non pas juste obligatoire, pas pour permettre à un enfant de 5 ans de finir Dark Souls 3, Sekiro ou Super Meat Boy, mais un réflexe naturel pour permettre à ceux qui ont des difficultés d’avoir accès à de grandes œuvres, tout simplement.

    À chacun sa manière de jouer. Les speed-runners et hardcore gamers n’y perdront rien, personne ne sera dupes, et plus de personnes joueront.

    À part ça, je me suis mis à écouter PNL, j’ai un peu honte, est-ce que c’est grâve docteur ? Question subsidiaire : je me demande comment ils ont été autorisé à associer l’image nationale de la Tour Eiffel et celle de dealers de drogues avec tous ces blocs de canabis sur la table ?

  4. François dit :

    Ah et un dernier truc :
    – c’est marrant que ce soit pour Sekiro que ce débat soir lancé alors que c’est de loin celui qui a fait le plus de concession en terme d’accessibilité de tous les Souls-Borne
    – The Witcher 3 en mode rapide, ça existe déjà et ça s’appelle “rusher un jeu” (c’est d’ailleurs très triste)

    Je regarde R-Type, Ghouls’n Ghosts ou Ikaruga… Je ne pense pas que la présence qu’un mode “NORMAL” en gros et “STORY” en petit ne retire rien à leur légende…

  5. koun dit :

    pour le débat seikiro, je dirais qu’un mode facile ne serait pas de trop ou du moins laisser le choix au joueur.
    Grégoire, ton analogie avec les films qui ne peuvent plaire a tout le monde est bonne mais le jeu vidéo, c’est le joueur, l’acteur et sa façon de jouer va définir le jeu, qui ne sera pas le même selon si tu rush le jeu, tu le met en facile ou difficile, que tu complète les arbres de noël que sont les cartes de far cry ou que tu lis les bouquins dans skyrim ( grand malade, va ! ). et c’est tout l’intérêt selon moi, des jeu vidéo ou tu n’es pas passif devant un écran.
    je ne l’achèterais donc pas car si c’est pour passer des plombes a apprendre par cœur des patterns, ça ne m’intéresse pas même si c’est la patte des jeux fromsoftware et eur choix editorial. je n’ai ni l’envie, ni le temps.
    un autre aspect est qu’ils se coupent quand même de pas mal de joueurs et acheteur potentiel.
    d’un autre coté, tant pis, des jeux, il y en a des tetrachiés et on doit pouvoir trouver son bonheur ailleurs.
    pour ma part, c’est quand même dommage, des jeux sur le japon médiévale, il y en a pas des masses.

    et au sujet de PNL, je suis pour pendre l’inventeur du vocoder avec les tripes du producteur qui a trouvé que c’était une bonne idée d’utiliser cette merde pour faire de la musique. même despasito, c’est de la grande musique a coté de cette drouille.
    je suis d’accord sur le fait qu’a l’époque on crachait allégrement sur NTM mais il avait quelque chose a dire, qu’on soit d’accord ou pas. PNL, si on fait abstraction de l’outrage vocodien ( mais c’est dur… ) en lisant leur texte, c’est juste mauvais, on dirait le kamoulox massacré au vocoder. c’est pas une question de code ou de langage de cité qu’on aurait pas, c’est juste de la meeeerde, dixit jp coffe.

  6. Tulkes dit :

    Ah là là, Seikiro.
    Perso j’étais super hype quand je l’ai vu et comme ils semblaient annoncé un jeu très accès infiltration. J’étais persuadé que s’était un jeu d’infiltration et apparemment pas puisque qu’on retombe sur un simili Dark Soul avec des combat de bosse et tout le tintouin.
    J’étais vachement déçus je suis super fan d’infiltration et un jeu d’infiltration dans un Japon médiévale me hypé de ouf.
    Parce que pour le coup je vais pas dépenser 60€ dans un jeu sur lequel je vais ragé 2H et laisser au placard.
    J’attendrai de le retrouver dans une solde steam e 10€ pour le tester.
    Quand je pense qu’ils étaient partie pour nous faire un Tenchu, je suis dégoutté.

    Et puis votre comparaison avec le cinéma, je l’ai trouvé particulièrement absurde.
    Je veux dire pour voir un film, j’ai pas besoin d’avoir des compétence particulière pour en profiter à part ma curiosité. Quand je vais voir une expo, on me fais pas passer un teste pour savoir si je connais assez bien l’artiste pour le comprendre.
    Que je comprenne la porté d’une oeuvre ou pas, rien ne m’empêche d’en retiré quelque chose. Avoir apprécié son esthétique, passé 10 minutes à chercher une signification, la prendre en photo tout en essayant de trouvé un angle et une lumière un peu original, se laissé porter par l’ambiance, être dégoutté, tombé amoureux d’un artiste, ect…
    Quand on va voir un film ou une oeuvre, celle-ci est déformé par ça propre vision.

    Alors dire qu’il faut pas un mode facile parce que c’est pervertir la vision de l’auteur je trouve ça idiot, certes celui-ci ne profitera pas de l’expérience ultime du jeu mais entre profité a 100% d’une expérience et pas du tout.
    C’est un peu dommage de pas laisser le choix.
    Surtout que je pense pas que la difficulté de Seikiro soit le seul intérêt du jeu, j’ai tout de même l’impression qu’il y a un travail artistique admirable, que se soit sur l’ambiance, les animation, les décors, les personnages, l’histoire, ect…

    Il y a plein de studio qui arrivent a fournir des expériences accessible à tous et qui sont pourtant des jeux hyper exigent.
    L’exemple de Platinium que vous avez cité est parfait, leur jeux sont accessible au néophyte et en fonction de se qu’on veut ils peuvent excellé dans la maîtrise et la profondeur de jeu.
    Un Mario Odysée est accessible a tous mais ceux qui veulent aller plus loin peuvent atteindre des sommet de difficulté.
    Et tout le monde y trouve son compte.

    Je me permet de poster pour finir un message de Jerem israel chroniqueur sur silence on joue posté sur leur Forum que je trouve très pertinent et qui exprime bien mieux que moi se que je voulait dire.

  7. Tulkas dit :

    ” J’estime, comme d’autres, qu’un jeu n’a pas a être tous public. C’est comme de demander une version stand alone d’un MMO pour les gens qui ne veulent pas jouer en ligne. Ou enlever les scènes d’horreur de résident evil pour les âmes sensibles.
    L’équivalent cinématographique, ce serait demander une version kifepapeur de shining. Ou en litterature, exiger de Proust une version en un seul volume d’a la recherche du temps perdu, pour les gens qui n’ont pas le temps de lire. ”

    Ahaha j’adore ton argument, c’est très fort.
    Mais c’est justement la demonstration que le jeu vidéo est différent – Il est interactif, l’experience peut s’adapter au joueur autant que le joueur s’adapte a l’expérience.
    C’est évidemment aux auteurs de chaque jeu de décider de ce qu’ils rendent possible, mais il n’est pas profane de couper le son, de changer les contrôles ou d’ignorer certain modes de jeu.
    Il est possible de jouer a Kingdom Hearts ou Dark Souls sans en comprendre, ou meme s’intéresser a l’histoire. Est-ce raisonnable de commencer un livre ou de regarder un film en acceptant un tel postulat?
    Est-ce que les From Software ne sont qu’une proposition de difficulté? Est-ce que le jeu se résume a ce que les fans en disent? Ou est-ce qu’il y a aussi un univers a découvrir, indépendamment de l’apprentissage des patterns?
    Les Dark Souls me sont tombés des mains après 20 minutes, pourtant j’ai déboursé une sacré somme pour les versions collectors… je ne ressens aucun plaisir a passer 3 heures sur un boss, ces univers m’attirent énormément mais je n’en apprécierais jamais qu’une infime partie. Le reste est caché dernière un large précipice que je ne franchirais jamais. C’est super triste en fait

  8. LeYule dit :

    Sam Mendès… il a fait Away We Go aussi. Je ne vous en ai jamais parlé ?

  9. LeYule dit :

    Je propose qu’on mette un mode trash dans Yoshi Island, pour pouvoir tronçonner du koopa seins nus dans d’immenses gerbes de sang ! Ou encore un mode tir dans Alexandra Ledermann 8, pour faire comme dans Red Dead Redemption 2 mais… dans dans l’univers d’Alexandra Ledermann, parce que j’aime les centres équestres et les winchesters !!
    Ce débat me soul tellement (ok elle était facile). Laissez donc les créateurs faire leur jeu à leur sauce, bordel de cul. Ou faites vos propres jeux et ne nous cassez pas les noisettes ! Quelle époque de merde sérieux, les gens sont jamais satisfaits et de plus en plus exigeants… Il y a tellement de variété dans le JV pourtant, j’ai vraiment du mal à comprendre.

    • LeYule dit :

      Ceci n’était pas un message de haine à l’attention des chroniqueurs ou des auditeurs. Je vous aime. Si si.

    • Tulkas dit :

      Je te ferais remarquer que Yoshi bouche des gens qui théoriquement passe dans ses intestin et son expulsé par son anus. Dans le genre Trash difficile de faire pire.

  10. Jayetbobfr dit :

    Je suis étonné de voir le débat sur la difficulté mise sur le tapis avec un jeu de From Software. Je n’ai rien contre un mode facile pour ce genre mais ce qui me dérange dans ce cas-là, c’est de savoir comment on peut rendre une expérience plus abordable sans en “casser” le jeu et l’expérience qu’elle propose. Je pense que si il y a un mode facile (ou accessibilité), il faudrait repenser le jeu en conséquence. Il existe aussi une autre solution auquel on ne pense pas : la difficulté dynamique. En fonction de tes réussites ou de tes échecs, le jeu s’ajuste à ta façon de jouer. On retrouve ça dans Resident Evil 4. Je pense à ça car quand c’est bien fait, c’est quasiment invisible et personne ne s’en plaint. Pour parler d’autre chose, j’aimerai recommandé mon jeu du moment : Baba is You (non, aucun lien avec un animateur de télé poubelle). Un jeu de réflexion où on est amené à changer les règles afin d’arriver à son but. Le jeu a un look très spartiate mais ses mécaniques sont diablement prenantes et ça peut très rapidement te rendre dingue dès que ça se complexifie. Pour finir, n’ayant pas eu le temps de réagir au précédent Podcast, je voudrai dire quelques mots concernant Stadia et le jeu en Streaming en général. Le fantasme de ses promoteurs est de créer le Spotify/Netflix du jeu vidéo. Or on oublie une donnée importante : dans les domaines de la musique et de la vidéo, le streaming s’est imposé dans des secteurs qui étaient en crise. Le piratage avait entrainé l’effondrement des ventes de CD/DVD et les gens ne voulaient attendre un an pour voir les nouveaux épisodes de la dernière série américaine à la mode. Pour le JV, il y a eu une époque où le piratage l’a menacé. Je pense par exemple au marché PC au début des années 2000. Le jeu vidéo s’est relevé depuis. On peut trouver plusieurs raisons : l’émergence de Steam, la mise à jour régulière des consoles, le jeu en ligne etc… Aujourd’hui, le marché JV, dans sa globalité, est un marché qui se porte bien. Le streaming ne peut pas se poser comme une solution à un problème qui est devenu marginal. Et puis, bon, pourquoi vouloir casser ce qui marche ?

  11. Steph dit :

    A force d’entendre Julien en parler je me suis dit que jeter une oreille sur le PNL était la moindre des choses. Ce qui est certain c’est que c’est pas du tout ma came. Les paroles (hormis quelques passages) et l’auto tune c’est pas pour moi. Par contre leurs instrus sont vraiment cools et après l’avoir écouté en entier (en faisant la cuisine) je comprends tout à fait que la formule soit si populaire.

    Pour en revenir à la difficulté des jeux From Software j’ai l’impression que beaucoup de gens tombent dans un faux débat ou se posent de mauvaises questions parce qu’ils passent à côté de cette “hype”. Il n’y a pas de mal à ne pas adhérer à leur proposition. Il n’y a pas besoin d’un mode facile parce que ces jeux sont pensés d’une certaine manière. Ils nécessitent de l’apprentissage et j’insiste dessus, DU TEMPS A INVESTIR. On ne pli pas des jeux comme ça en 10-12h.
    Quand vous évoquiez un éventuel Bloodborne 2 pour moi il ne fait aucun doute que le challenge sera dans la même veine et que le jeu ne sera pas “ouvert” à un plus large public. Pour une toute nouvelle licence qui proposerait autre chose, oui bien sur, mais pas celle là, le risque de s’aliéner les fans est trop grand.

  12. Titikaka dit :

    PNL je n’arrive pas à dire que c’est bieng, mais je n’arrive pas à dire que c’est nul non plus…Et puis un petit Onizuka de temps en temps ça passe crème.
    Cependant Damso (surtout son premier album, j’ai moins aimé le second) est LE rappeur de la nouvelle génération. Alpha Wann, je suis allé le voir en concert ya 2 mois, c’est très solide et technique en terme de flow, rimes,..
    J’ai un méga coup de cœur pour Lomepal aussi mais est-ce du rap? me diront certains. Roméo Elvis avec qui il fait pas mal de trucs j’aime beaucoup aussi.
    Bref il y a plein de bons trucs en rap francophone en ce moment.

    PS: sinon Captain Planet le film: toujours pas de news…;(

Laisser un commentaire